Le Cégep de La Pocatière et son CCTT Biopterre – Centre de développement des Bioproduits, sont fiers d’annoncer l’obtention d’un financement global de 5,45 M$, pour la mise en place du Regroupement pour l’Innovation Fongique (RIF). Le RIF a pour mission de développer et d’intégrer les mycotechnologies dans les produits et procédés industriels. Les mycotechnologies se définissent comme des biotechnologies utilisant les champignons.

 

« Cette initiative, structurante pour le milieu, s’inscrit dans une vision de développement économique et scientifique. Notre région se positionne pour devenir un pôle d’innovation d’importance pour les mycotechnologies au Canada » annonce la directrice générale de Biopterre Marie-Pierre Dufresne.

Dans le cadre de ce financement, le RIF obtient plus particulièrement un appui de 2 M$ de la part du CRSNG complété par un apport de l’industrie et de la communauté de 1,95 M$ pour soutenir une programmation de recherche répondant aux besoins des entreprises partenaires. Madame Agathe Vialle, directrice scientifique chez Biopterre,  précise « qu’à moyen terme, la programmation permettra aux industries d’intégrer les mycotechnologies et de créer des emplois au sein de plusieurs secteurs industriels tels que : le secteur agricole/horticole; les secteurs de la construction et des matériaux à base de mycocomposite ou encore le secteur des services en environnement. De plus, un réseau de membres se mettra en place afin d’optimiser les collaborations entre les chercheurs et les entreprises concernées. »

À cette programmation de recherche s’ajoute un volet de développement d’infrastructure de 1,5 M $ appuyé par la Fondation canadienne pour l’innovation (566 102 $), le Ministère de l’Économie et de l’Innovation (566 102 $) et Développement économique Canada pour les régions du Québec (contribution non remboursable de 160 000 $) permettant le développement d’une usine pilote intégrant plusieurs lignes de production dans le but de faire progresser les applications qui nécessite de grands volumes de matière transformée par les champignons.

Les mycotechnologies sont également très présentes au niveau alimentaire et pharmaceutique pour la production d’enzymes ou de molécules d’intérêt (antibiotiques, acides, hormones, etc.). De plus, au cours de ces 10 dernières années, plusieurs industries à travers le monde ont développés des mycocomposites utilisant les propriétés d’agglomération du mycélium pour la confection de panneaux d’isolation, de mycofoams (styromousse à base de champignon) ou encore de cuir 100 % VEGAN par exemple.

L’innovation en sciences et en technologies qui résultera du partenariat entre le Cégep de La Pocatière et l’industrie jouera un rôle important dans le développement économique de la région et du pays, affirme Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation. Par ses recherches en mycotechnologies dans les domaines alimentaires et pharmaceutiques le regroupement offre un atout formidable pour la communauté.

« Le RIF fait partie des 8 programmations de recherche d‘envergure soutenue par le CRSNG à travers le pays. Notre institution est fière d’être partenaire de cette initiative majeure et de maintenir sa position dans le peloton de tête de la recherche collégiale au Canada. » explique Mme Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière.

 

 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Agathe Vialle, Directrice scientifique, Biopterre

Agathe.vialle@biopterre.com

OU

Pascale G. Malenfant, Coordonnatrice R et D et Innovation, Mycotechnologie

Pascale.malenfant@biopterre.com

 

 

Pour voir des articles complets :

 

Article paru dans ICI Radio-Canada intitulé « Près de 5,5 M$ pour encourager l’innovation liée au champignon à Biopterre », publié le vendredi 12 avril 2019 : Cliquez ici

 

Article de Maxime Paradis paru dans Le Placoteux intitulé « Un regroupement pour faire avancer la recherche sur les mycotechnologies », publié le vendredi 12 avril 2019 : Cliquez ici