Cas à succès

Valorisation de la poudre d’aliments déshydratés de Tero™

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
L’entreprise Tero™ a vu le jour en 2018 par l’intermédiaire d’un projet d’étude de 2 finissantes au baccalauréat en design de produits de l’Université Laval. Cette entreprise encore toute jeune vise à commercialiser un petit électroménager domestique permettant de valoriser les résidus alimentaires (déchets de table, pelures de fruits et légumes, etc.). Dans les dernières années, cette entreprise a reçu plusieurs prix et bourses pour soutenir son développement et l’optimisation de son appareil. Le but d’un tel appareil est double puisqu’il permet de limiter l’enfouissement des matières organiques résiduelles domestiques tout en produisant une poudre d’aliments déshydratés (PAD) qui peut être valorisée comme fertilisant pour des applications en sol (jardin, platebande) ou en pot (plante d’intérieur). Pour assurer son développement et la mise en marché de son appareil, l’entreprise a réalisé une campagne de sociofinancement à l’automne 2019. Pour soutenir cette campagne de sociofinancement, l’entreprise a fait appel à Biopterre afin de valider le potentiel fertilisant de la PAD et produire un rapport exécutif très visuel expliquant les résultats obtenus.
Résultats
Une fois le projet de recherche défini et octroyé, Biopterre a tout d’abord caractérisé la PAD obtenue grâce à un appareil Tero. La PAD est issue d’un mélange comprenant : 60 % de légumes; 23 % de fruits; 12 % de produits animaliers et 5 % d’autres restes de table. L’analyse agronomique a permis de déterminer que la PAD obtenue avait une valeur fertilisante équivalente à celle des engrais organiques commerciaux avec des teneurs en N, P et K de respectivement 2,7, 1,6, et 2,2 % ce qui lui confère une valeur monétaire estimée de l’ordre de 50 $/tonne. L’analyse a aussi révélé une teneur en sodium et une conductivité électrique élevée qui pourrait devenir problématique si la PAD est appliquée en trop forte concentration. Tenant compte de ces résultats d’analyses, des tests de croissance ont été réalisés avec cette PAD sur une culture de laitue et de radis en environnement contrôlé et selon deux doses d’application, soit 2,5 et 5,5 % v/v. Les résultats obtenus ont démontré des effets positifs de la PAD sur la croissance des plants de laitue et de radis dès 2,5 % v/v d’application avec des gains importants en biomasse totale (Tableau 1). Les gains de biomasse obtenue sont principalement issus de la partie aérienne du fait de sa teneur en azote. La PAD est donc à privilégier pour les légumes feuilles et les légumes fruits. Les essais réalisés ont aussi mis en évidence qu’il était préférable d’incorporer la PAD au milieu de culture au lieu de faire simplement une application de surface.
Impact pour l’entreprise
L’impact principal de ce projet pour l’entreprise est la démonstration de l’efficacité de la PAD comme fertilisant pour appuyer son développement promotionnel. De plus, l’implication de Biopterre a permis à l’entreprise de développer ses connaissances en agronomie et ainsi supporter son service à la clientèle, aspect primordial pour sa croissance. Finalement, la campagne de sociofinancement a connu un succès inespéré pour les 2 jeunes entrepreneures avec plus de 4 300 précommandes en seulement 30 jours et, depuis, les précommandes d’appareils s’additionnent. Depuis, Tero™ continue le partenariat avec Biopterre pour le soutien au niveau agronomique.
« Biopterre est un partenaire important dans notre développement, en qui nous avons entièrement confiance pour son expertise en valorisation agronomique. » 
-Valérie Laliberté et Elizabeth Coulombe
Partenaires

Partager cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Autres cas à succès

  BoreA Canada est une entreprise de Chapais, dans la région d’Eeyou Istchee Baie-James qui base son plan d’affaires sur un modèle de symbiose industrielle...
Quand on décide de se lancer en affaires avec un tout nouveau procédé pour lequel il n’existe pas vraiment de précédent, c’est qu’on a l’innovation...
Bien que cet habitat soit plus qu’inhabituel pour le règne fongique, les eaux du fleuve Saint-Laurent ont le potentiel de receler des espèces de champignons...