Cas à succès

L’estuaire du Saint-Laurent et ses champignons marins

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Bien que cet habitat soit plus qu’inhabituel pour le règne fongique, les eaux du fleuve Saint-Laurent ont le potentiel de receler des espèces de champignons jusque-là insoupçonnées. Dans le cadre de la mission Odyssée Saint-Laurent 2020 du bateau-laboratoire Le Lampsilis, Biopterre s’est lancé à la recherche des champignons filamenteux marins de l’estuaire dans une première prospection qui a pour but leur identification et leur caractérisation

 

Ce projet de recherche et développement, qui a débuté à l’été 2020, permettra à Biopterre et à ses différents partenaires d’approfondir leurs connaissances sur l’exceptionnel système fluvial grâce aux investigations faites sur le règne fongique dans ses eaux. Puisque leur habitat présente des conditions difficiles, la pression osmotique et le pH étant élevés dans l’estuaire, les champignons marins sont enclins à produire dans des conditions hors de l’ordinaire des molécules à haute valeur ajoutée pour surmonter ces difficultés. Par exemple, l’adaptation à un milieu marin de protéines intéressantes, telles que des ligninases et les hydrophobines, pourraient permettre leur utilisation dans de nouvelles avenues biotechnologiques novatrices. En effet, la découverte de protéines produites par des champignons marins adaptées aux conditions physicochimiques de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent pourrait permettre certaines innovations mycotechnologiques importantes, telles que la dégradation de contaminants dans des matières résiduelles ou encore la mycoremédiation de certains polluants.

 

Afin de mener à bien ce projet, Biopterre est entouré de plusieurs partenaires de recherche, dont le Réseau Québec maritimeMerinov et l’Université du Québec à Rimouski, ainsi que des professeurs et des étudiants de Techniques de bioécologie du Cégep de La Pocatière, qui seront impliqués dans la récolte et l’analyse de données.

 

Pour plus d’informations sur le projet, nous vous invitons à contacter monsieur Pierre Bouchard, professionnel de recherche, ou madame Marilee Thiffault, Technicienne en mycotechnologies chez Biopterre.

Partenaires

Partager cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Autres cas à succès

  BoreA Canada est une entreprise de Chapais, dans la région d’Eeyou Istchee Baie-James qui base son plan d’affaires sur un modèle de symbiose industrielle...
Quand on décide de se lancer en affaires avec un tout nouveau procédé pour lequel il n’existe pas vraiment de précédent, c’est qu’on a l’innovation...
Quand la recherche appliquée devient un outil de développement régional En plus de la recherche et de l’innovation, le développement régional est au cœur de...